Comment obtenir une indemnisation après un vol retardé ou annulé ?

0
956

Les compagnies aériennes doivent faire preuve de ponctualité pour éviter des désagréments à leur clientèle. La plupart de ces structures prennent toutes les dispositions pour respecter les horaires de voyage. Pourtant, quelques retards ou annulations de vol peuvent survenir périodiquement. Pour compenser le préjudice subi par les passagers victimes de cette situation, la réglementation n° 261 du 11 février 2004 a prévu une indemnisation pour les dédommager. Malheureusement, les compagnies aériennes multiplient les stratagèmes pour éviter de respecter cette directive européenne. Fort heureusement, une astuce existe pour obtenir aisément votre indemnisation après un vol retardé ou annulé. Pour en profiter pleinement, vous devez maitriser les conditions d’application de la réglementation n° 261 du 11 février 2004.

Indemniflight : la solution de référence pour récupérer votre indemnisation

Après le calvaire du retard, la grande majorité des clients victimes de ce préjudice peine à obtenir le dédommagement prévu par la directive européenne relative aux droits des passagers aériens. La réponse à la lettre de réclamation adressée à la compagnie aérienne vous parvient souvent après une attente de nombreuses semaines, voire de nombreux mois. Parfois, votre courrier peut demeurer sans suite. Vos emails peuvent également ne pas recevoir d’avis favorable. Vous vous retrouvez généralement empêtré dans des démarches complexes et longues. Votre compagnie peut exiger des pièces inutiles dans l’espoir de vous décourager en vue d’un abandon de la réclamation. Vous risquez alors de perdre du temps et de l’argent. Fort heureusement, vous pouvez recourir à l’assistance d’une startup professionnelle en cas de vol retardé

Indemniflight, la garantie d’obtenir votre indemnisation

Cette entreprise représente une structure spécialisée dans la récupération de votre dédommagement lorsque vous subissez un préjudice lié au refus d’embarquement pour surbookink, au retard ou à l’annulation de votre vol. Elle opère en qualité de mandataire pour négocier directement avec votre compagnie aérienne. Vous l’autorisez dans le cadre d’un contrat à agir juridiquement en votre nom et pour votre compte pour obtenir une indemnisation prévue par la réglementation n° 261 du 11 février 2004.

Indemniflight, une procédure sans frais

Lorsque vous estimez avoir subi un préjudice conformément au dispositif de la directive européenne relative aux droits des passagers aériens, ne perdez pas le temps à écrire une lettre de réclamation à votre compagnie aérienne. Vous vous rendez simplement sur le site officiel d’Indemniflight pour introduire une demande. Vous communiquez les informations de base qui permettront à la structure d’apprécier la recevabilité de votre dossier. Vous remplissez le formulaire disponible sur la plateforme en fournissant le numéro et la date de votre vol. La réclamation s’effectue en quelques clics, et les équipes de la startup la traitent dans les meilleurs délais. Cette requête peut intervenir au plus tard deux ans après le préjudice.

En cas d’éligibilité, vous transmettez l’ensemble des pièces justificatives qui témoignent que vous avez subi un retard de plus de 3 heures. Indemniflight se sert de ces documents pour engager une procédure à l’amiable avec votre compagnie aérienne. Si les négociations préalables échouent, la startup peut prendre la décision d’ester en justice pour défendre votre cas. Pour espérer un tel traitement, vous devez soumettre un dossier complet avec un maximum de preuves convaincantes. En cas de succès, Indemniflight vous fait un virement de votre indemnisation après déduction d’une commission de 30 %. L’originalité de l’offre réside dans la prise en charge totale de la démarche par la startup. Vous n’avancez aucuns frais, y compris en cas d’échec définitif de la procédure. Lorsque la réclamation n’aboutit pas, vous recevez une simple notification. Indemniflight s’occupe du suivi de votre dossier et vous allège entièrement la tâche. La structure oppose ses experts et ses juristes aux avocats de votre compagnie aérienne pour faire valoir vos droits de passager aérien. La startup perçoit sa commission uniquement en cas de réussite. Vous ne risquez donc rien. Mais, vous avez tout à gagner. Indemniflight mise surtout sur la qualité de son travail ainsi que sur la compétence et l’expérience de son personnel. Pour simplifier la tâche à Indemniflight et augmenter son taux de succès, vous devez maitriser vos droits de passager aérien et connaitre les conditions d’application de ce dispositif.


Les dispositions de la réglementation n° 261 du 11 février 2004

Le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne ont pris conscience des désagréments que subissent les passagers en cas de surbooking, de retard ou d’annulation de vol. Ces institutions ont donc élaboré une directive pour définir les droits des passagers du transport aérien lorsqu’ils sont confrontés aux problèmes énoncés ci-dessus. Cette disposition légale indique que les compagnies aériennes doivent indemniser leurs clients si ces derniers sont victimes d’un vol retardé ou annulé ou d’un refus d’embarquement pour surbooking. Vous pouvez donc exiger un dédommagement face à ces différentes situations. Toutefois, cette directive a précisé quelques critères pour que les passagers puissent pouvoir profiter des avantages prévus.

Les conditions d’application

La réglementation n° 261 du 11 février 2004 s’applique exclusivement aux compagnies aériennes qui effectuent des vols sur la base d’un titre européen. La loi a également encadré les horaires. Le client ne peut bénéficier de cette directive et revendiquer une indemnisation que si le vol concerné arrive à l’aéroport de destination avec plus de 3 heures de retard. Le voyageur ne peut pas attendre un dédommagement si le vol décolle avec plus de 3 heures de retard, mais parvient à destination avec moins de 3 heures de retard. Concrètement, un vol prévu pour 7 heures peut finalement partir à 11 heures sans que le client bénéficie d’une indemnisation. Le retard prend uniquement en compte l’horaire d’arrivée.

Les cas de refus justifié d’indemnisation

La réglementation n° 261 du 11 février 2004 a prévu les hypothèses dans lesquelles les compagnies aériennes peuvent légalement s’opposer au dédommagement. Le client ne peut pas prétendre à une indemnisation si sa compagnie l’a prévenu du retard ou de l’annulation de son vol 14 jours avant la date de départ. Si elle vous informe moins de 14 jours avant le voyage, le vol concerné devra arriver à destination avec moins de 3 heures de retard pour échapper au dédommagement.

Par ailleurs, votre compagnie aérienne peut évoquer des circonstances exceptionnelles pour s’opposer à votre indemnisation. Dans ces situations, le retard ou l’annulation dépend de facteurs extérieurs dont la responsabilité directe n’incombe pas à votre compagnie. Parfois, les conditions météorologiques ne favorisent pas le décollage d’un avion. Cette hypothèse se confirme souvent en situation de catastrophe naturelle, de piste enneigée ou d’importantes averses. Certains retards ou annulations peuvent survenir pour raison d’accident ou à cause du déclenchement d’un plan Vigipirate. Les grèves des contrôleurs aériens représentent aussi une décharge pour la compagnie en cas de retard ou d’annulation.

Les montants de l’indemnisation en cas de vol retardé

Lorsque vous subissez un retard conformément aux conditions prévues par la réglementation, vous pouvez introduire une demande d’indemnisation. Le montant du dédommagement espéré varie suivant le vol. Il augmente proportionnellement à la distance parcourue. Pour un voyage de moins de 1500 km, vous obtenez 250 €. Vous encaisserez 400 € pour un vol compris entre 1500 km et 3500 km. La loi a prévu 600 € pour tout périple de plus de 3500 km. L’indemnisation ne considère pas le prix du billet.

La compagnie aérienne doit vous prendre en charge après quelques heures de retard selon les dispositions de l’article 9 du règlement 261/2004. Elle doit fournir des rafraichissements et des nourritures à partir de 2 heures d’attente. Elle vous permet aussi d’effectuer des appels téléphoniques et de transmettre des emails. Pour obtenir une indemnisation, vous devez prendre le vol concerné par le retard. Si vous renoncez au voyage avec la compagnie aérienne, vous perdez automatiquement vos droits. Vous ne pouvez plus introduire de recours. Pour espérer un dédommagement, gardez votre patience et laissez la compagnie honorer son contrat de transport. Si vous remarquez un retard de plus de trois heures à l’arrivée, vous avez la possibilité de réclamer une indemnisation.

Les indemnisations en cas de vol annulé

En cas d’annulation de vol, deux solutions s’offrent à vous. Vous pouvez simplement entamer une procédure pour obtenir le remboursement de votre billet. Gardez à l’esprit que ce renoncement au vol vous fera également perdre votre droit au dédommagement prévu par la réglementation n° 261 du 11 février 2004. L’autre alternative consiste à accepter un vol de substitution proposé par compagnie aérienne. Lorsque vous recevez la notification de l’annulation de vol 14 jours avant la date de départ, vous ne pouvez pas prétendre à un dédommagement. Parfois, l’information d’annulation vous parvient moins de 7 jours avant le voyage. Dans ce cas, vous n’espérez aucune indemnisation si le vol de substitution prend départ avant l’horaire prévu pour le vol initial. Il devra également aller à destination l’heure d’arrivée fixée préalablement.

En cas d’annulation de votre vol à quelques heures du départ, vous devez conserver votre carte d’embarquement. Renseignez-vous aussi pour connaitre les véritables raisons de l’incident. Exigez la prise en charge de votre restauration et de votre hébergement par la compagnie aérienne. Elle doit également supporter les frais de navette en l’hôtel et l’aéroport. Si possible, obtenez des reçus en votre nom. Restez vigilant et évitez de signer un document que vous ne comprenez pas. N’acceptez pas un billet de voyage sans bien appréhender la signification de la démarche au risque de perdre votre droit au dédommagement. Notez l’heure d’arrivée à destination pour ne pas l’oublier. Rangez correctement toutes les factures liées aux dépenses engagées après l’annulation. Tous ces éléments représentent des pièces justificatives qui faciliteront la tâche à Indemniflight. La startup pourra aisément défendre votre dossier. Le calcul du montant de dédommagement s’effectue sur la base de l’écart entre l’horaire d’arrivée prévue et l’heure effective. Vous pouvez obtenir une indemnisation entière ou minorée dont le récapitulatif se présente comme suit :

Distance/Retard Moins de 2 heures Plus de 2 heures
Moins de 1500 km 125 € 250 €
De 1500 km à 3500 km 200 € 200 €
Plus de 3500 km 300 € 300 €

Peu importe le préjudice subi, Indemniflight représente la solution pour obtenir aisément et rapidement votre indemnisation. Vous enclenchez simplement la procédure sur la plateforme officielle de la startup et celle-ci s’occupe entièrement du reste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.